SALLE 12

Après avoir franchi l’accès qui permet de voir l’escalier intra-muros du donjon roman, nous entrons de nouveau dans le donjon du XIIe siècle. Le centre de la salle présent du décor qui recrée la procession eucharistique du Corpus Christi, composé de plusieurs pièces d’orfèvrerie qui reflètent la grande+ qualité du travail des ateliers aragonais au Moyen Âge et à la Renaissance. La fête du Corpus Christi fut instituée au XIIIe siècle par le Pape Urbain IV, avec la bulle Transitorum de hoc Mundo. Dans cette salle, on recrée la scénographie d’une procession eucharistique dans le monde baroque, suivant les schémas marqués au cours de la Contre-Réforme, depuis les XVIe siècle. L’ensemble des lumières verticales rappelle le groupe des citoyens participant à la procession en portant un cierge entre leurs mains.

Après avoir franchi l’accès qui permet de voir l’escalier intra-muros du donjon roman, nous entrons de nouveau dans le donjon du XIIe siècle. Le centre de la salle présent du décor qui recrée la procession eucharistique du Corpus Christi, composé de plusieurs pièces d’orfèvrerie qui reflètent la grande+ qualité du travail des ateliers aragonais au Moyen Âge et à la Renaissance. La fête du Corpus Christi fut instituée au XIIIe siècle par le Pape Urbain IV, avec la bulle Transitorum de hoc Mundo. Dans cette salle, on recrée la scénographie d’une procession eucharistique dans le monde baroque, suivant les schémas marqués au cours de la Contre-Réforme, depuis les XVIe siècle. L’ensemble des lumières verticales rappelle le groupe des citoyens participant à la procession en portant un cierge entre leurs mains.

 

Le pélican est l’un des symboles représentant de Christ comme Sauveur depuis l’époque wisigothe. C’est alors, au VIIe siècle, que l’évêque Isidore de Séville raconte dans ses « étymologies » que le pélican se picote pour donner son sang comme nourriture à ses petits, au cas où il n’aurait pas d’autre nutriment. Il partage la signification avec l’agneau mystique, représenté au centre de la chasuble. Les paons sont le symbole de la Résurrection, car ils changent leur plumage magnifique en le renouvelant au printemps.

Le pélican est l’un des symboles représentant de Christ comme Sauveur depuis l’époque wisigothe. C’est alors, au VIIe siècle, que l’évêque Isidore de Séville raconte dans ses « étymologies » que le pélican se picote pour donner son sang comme nourriture à ses petits, au cas où il n’aurait pas d’autre nutriment. Il partage la signification avec l’agneau mystique, représenté au centre de la chasuble. Les paons sont le symbole de la Résurrection, car ils changent leur plumage magnifique en le renouvelant au printemps.

 

 

 

L’oiseau phénix est un oiseau mythologique représentant la Résurrection car, le troisième jour après sa transformation en cendres, il en est ressuscité. Les pêches représentent les tentations charnelles.

L’oiseau phénix est un oiseau mythologique représentant la Résurrection car, le troisième jour après sa transformation en cendres, il en est ressuscité. Les pêches représentent les tentations charnelles.

En savoir plus…

 

  • L’origine de la fête du Corpus Christi remonte au XIIIe siècle et est liée à l’existence de divers miracles qui ont renforcé l’importance de la Vierge Marie et la présence du corps du Christ dans l’Eucharistie. Dans la ville de Liège, en Belgique, se trouve le témoignage le plus ancien de ces révélations eucharistiques. Il s’agit de la vision qu’eut en 1230 la nonne Sainte Juliana de Retine et, dans le cas espagnol, nous trouvons « le miracle des Corporales de Daroca », survenu en 1239.

En savoir plus…

 

  • L’origine de la fête du Corpus Christi remonte au XIIIe siècle et est liée à l’existence de divers miracles qui ont renforcé l’importance de la Vierge Marie et la présence du corps du Christ dans l’Eucharistie. Dans la ville de Liège, en Belgique, se trouve le témoignage le plus ancien de ces révélations eucharistiques. Il s’agit de la vision qu’eut en 1230 la nonne Sainte Juliana de Retine et, dans le cas espagnol, nous trouvons « le miracle des Corporales de Daroca », survenu en 1239.

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies